Rapport des conclusions des journées de réflexion de décembre 1997

Rapport des conclusions des journées de réflexion de décembre 1997

L’ADVN avait organisé les 26 et 27 Décembre 1997 à Nguidjilone des journées de réflexions sur « Bilan et Perspectives du Développement du Village de Nguidjilone ». Ces importantes retrouvailles ont regroupé 150 participants dont des représentants des différentes 4 sections de l’ADVN et des groupements socio professionnels du village, des représentants des services de l’Etat et des partenaires au développement. Au terme de ces journées, les actions suivantes avaient été envisagées sur la période triennale de 1998 à 2000.

2.1/ AGRICULTURE Aménagement supplémentaire de 100 hectares en plus des 353 hectares devant être réalisés ; par le PRODAM afin que chaque foyer soit doté d’un hectare. – Ouverture des magasins d’approvisionnement en intrants – Mise en place des fonds de soutien pour la commercialisation des produits – Formation des exploitants en techniques de conservation et de transformation, en gestion – Soutien des projets en cours de réalisation (CAPEC, Fédération des producteurs du Daande Maayo).
2.2/ ELEVAGE /PECHE –Introduction des cultures fourragères – Valorisation des sous produits agricoles – Ouverture des magasins d’aliments de bétail – Amélioration et développement de l’aviculture – Développement de la pisciculture – Réouverture du centre d’élevage 

2.3/ SANTE –Renforcement du personnel (infirmier suppléant, sage femme) – Ouverture d’une pharmacie – Formation du personnel subalterne et des membres du comité de gestion
2.4/ EDUCATION – Construction supplémentaire de salles de classe – Renforcement en équipements mobiliers et en matériels pédagogiques et didactiques – Ouverture de bibliothèques et cantines scolaires – Ouverture de jardin d’enfants – Fonctionnement cellule école/milieu – Formation des membres des bureaux APE en gestion et contrôle – Développement de rapports de partenariat – Création d’un collège d’enseignement moyen (CEM) – Développement de l’alphabétisation fonctionnelle – Modernisation de l’école coranique
2.5/ CULTURE – Construction de centre polyvalent de développement – Aménagement et équipement des centres sportifs – Organisation régulière des journées culturelles
2.6/ ENVIRONNEMENT – Protection des zones forestières – Reboisement des périmètres irrigués – Endiguement du village contre l’érosion fluviale et les inondations
2.7/ AUTRES PROJETS D’INFRASTRUCTURES – Réhabilitation de la grande mosquée et du marché central – Construction d’une chambre mortuaire – Construction d’un nouveau château d’eau de 100m3 et extension du réseau d’adduction en eau potable – Electrification du village – Installation du réseau téléphonique – Désenclavement du Daande Maayo
2.8/ SUPPORTS ORGANISATIONNELS – Organisation congrès ADVN tous les trois ans – Mise sur pied d’un comité directeur – Nomination d’un secrétaire exécutif des programmes et projets de l’ADVN – Prise en compte de la composante féminine dans l’ADVN – Formation des responsables de l’ADVN – Participation active de l’ADVN dans les activités différentes des fédérations du Daande Maayo – Mise sur pied d’un comité consultatif ADVN/Partenaires au développement
3/ BILAN DES REALISATIONS Plus d’une décennie d’activités après le colloque de 1997, le village sous l’effet conjugué des interventions de l’Etat et de l’ADVN, a obtenu des réalisations de divers ordres :
3.1/ AU PLAN AGRICOLE Jusqu’en 1997 ; la SAED a réalisé au profit de 10 PIV (périmètres irrigués villageois) des aménagements hydro agricoles pour 200 hectares. Les PIP (périmètres irrigués privés) et les GPF (groupement de promotion féminine) totalisaient près de 30 hectares dont une superficie de 11 hectares aménagés par le FED en 1997 au profit du GPF/Véligara. En 1997/1998 le PRODAM a réhabilité et étendu les aménagements hydro agricoles des PIV pour 355 hectares, aménagé 10 hectares au profit des GPF. Cependant le PIV N°10 n’a pas bénéficié de cette réhabilitation en raison du contentieux autour de son site d’implantation. En substitution, le PRODAM avait procédé à des levés topographiques sur un autre site dans la perspective de son aménagement au cours du PRODAM 2. En rapport avec la mise en valeur des nouveaux aménagements l’ADVN a versé à la CNCAS Matam en 1998 un montant de 5 000 000 FCFA au titre des apports et autres frais des PIV. Les PIV et GPF ont adhéré et militent au sein de la CAPEC Bilbasi et de l’AKNB. En 2008, dans le cadre du programme indien pour l’auto suffisance alimentaire, l’Etat a renouvelé 13 GMP des PIV et GPF. Les responsables des PIV et GPF ont bénéficié de plusieurs séminaires de formation en gestion et techniques de transformation. De 1998 à 2008, la mise en valeur moyenne par an des aménagements agricoles avec appui et conseil de la SAED et du PRODAM 2 tourne autour de 377 hectares dont 326 hectares en hivernage pour le riz, 49 hectares en contre saison froide pour le mais, 2 hectares en contre saison chaude pour le maraîchage (oignon, gombo, choux…) Les cultures traditionnelles pluviales (sorgho pluvial) et des décrues (sorgho, mais, patates douces), au gré des variations climatiques ont été irréguliers. Ainsi, cette mise en exploitation des PIV a permis d’assurer en moyenne par an la sécurité alimentaire des populations à hauteur de 60 % voire 70 % avec l’apport des cultures traditionnelles en période favorable. L’auto suffisance alimentaire au-delà des obstacles naturels (sécheresse, insuffisance de crues) bute encore sur d’autres facteurs limitants.
 

Source: Rapport du Colloque de l’ADVN de 2019

Partagez sur :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *